Morucci Europe Blog

Selon plusieurs sondages[1] et micro trottoirs[2] réalisés ces derniers mois auprès des citoyens européens, ces derniers expriment leur volonté de voir en leur futurs députés européens des femmes et des hommes connus à la fois pour leur implication dans la chose européenne et leur ancrage dans une ville ou une région.
Cette demande précise est récurrente partout dans l’Union et grandit notamment depuis les échecs des deux derniers traités et au fur et à mesure que les crises se succèdent. Ces dernières amènent une prise de conscience et augmentent le désir d’Europe. Mais ce que les citoyens veulent savoir, c’et avant tout qui va les représenter et comment. Peu, en effet sont en mesure de donner les noms des députés européens de leur circonscription.
Et c’est bien dommage compte tenu du rôle important que jouent ces derniers au sein du Parlement européen et de l’influence qu’ils tiennent auprès de leurs partis politiques respectifs. C’est à eux, qu’il va revenir de dire, dès la prochaine campagne électorale, quelle forme ils entendent donner à l’Union Européenne.
Autre dimension importante, du choix majoritaire des urnes devrait sortir le nom du président du Parlement, celui du président de la Commission et peut être, si le traité de Lisbonne est finalement adopté, celui du président du Conseil, nommé par ses pairs pour deux années et demies renouvelables. C’est donc à un choix éminemment politique que sont conviés les citoyens européens entre les 4 et 7 juin prochains. C’est, en effet, à ces dates que les 27 pays membres organiseront les élections européennes.
Les orientations politiques, le devenir institutionnel de l’Union, le choix urgent et primordial de la direction a prendre, c’est dire entre coopération d’Etats et fédéralisme, rôle des citoyens, politiques étrangères commune. Voilà quelques uns des principaux axes qui seront à l’ordre du jour. Au-delà, les futurs députés devront être au fait de la question internationale et des faits de la mondialisation. Ils donneront, en effet, durant la campagne, leur avis sur des sujets aussi complexes et différents que l’immigration, l’approvisionnement et l’indépendance énergétique de l’Europe, les moyens, tous les moyens, pour y accéder, la défense commune, sans oublier la dimension sociale de l’Union et les politiques de santé publique.
L’€uro, les nouvelles formes de gouvernance de l’économie européenne dans un contexte mondialisé, la gestion de la monnaie unique dans son rapport aux grandes monnaies internationales seront le pain quotidien de nos parlementaires. De leur maitrise de ces sujets sortiront des directives justes et adaptées aux besoins des peuples et des nations européennes.
Mais une des choses essentielle exprimée par les citoyens européens, c’est qu’ils veulent être véritablement représentés par leur députés européens, Les voir, les rencontrer. Ils rejettent l’idée de personnalités parachutées par les partis politiques nationaux et préfèrent des élus de terrain connus pour leur compétences et leur connaissance de l’Europe. Mais la taille de la circonscription ne facilite pas cette proximité pourtant nécessaire au développement d’un lien étroit entre dimension européenne et citoyenneté. Il reste alors le risque que l’élection des députés au Parlement européen ne connaisse une abstention encore plus grande que par le passé.


[1] Eurobaromètre

[2] Europe direct, Maisons de l’Europe

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print