Morucci Europe Blog

Chronique du 21 octobre 2009

Si les jeunes trentenaires ne se reconnaissent européens qu’à 22% les organisations professionnelles, elles ont bien repéré l’Union européenne comme étant la dimension de compétence en matière économique et sociale. Preuve en est cette grande manifestation ders agriculteurs européens. De crise des céréales, en crise des viandes porcine ou bovine, en crise du lait, les paysans du vieux continent ne remettent pas en cause la construction européenne mais bien au con traire ils lui demandent d’aller plus loin, d’en faire plus. En un mot ils lui reconnaissent ce rôle de régulation incontournable entre pays membres de l’Union mais également cette fonction d’intermédiaire dans les négociations internationales et notamment face aux grands blocs que sont la Chine, l’Inde et les Etats-Unis.

Même si cela ne parait pas d’une totale évidence aux yeux des citoyens. L’Union européenne est aujourd’hui sur tous les fronts ou presque. Et, face aux incertitudes, ses champs d’interventions devront s’étendre et se faire plus précis. Pour ne pas citer ses compétences particulière, on peut tout de même dire qu’elle st à la recherche d’un leadership sur les enjeux géostratégiques, et notamment tout ce qui touche a l’approvisionnement énergétique et les questions climatiques et bien sûr, domaine essentiel face à la competitions americano-chinoise, les questions monétaires ou plus précisément celles qui touchent au change ,décidées ailleurs qu’en Europe.

Sur les domaines dont elle partage la charge avec les Etats membres elle est même devenue un moteur. En matière de recherche scientifique, seule sa dimension peut aujourd’hui permettre de se positionner en tant que compétiteur valable sur la place mondiale. Notamment parce que ses chercheurs sont bons mais aussi parce qu’elle s’attache à cerner par un savoir faire qui lui est propre les questions éthiques.

Sa structure institutionnelle et sa vocation le lui permettent. Mais l’Union est encore bien loin du compte . Savoir faire est une chose et faire savoir en une autre. De ce point de vue, l’Union accumule les déficits. A tel point que même lorsque les décisions sont positives pour l’intérêt général cela semble se transformer en catastrophe nationale. Sans doute les relations entre Etats membres et Union ne sont pas toujours d’une grande simplicité. En effet, si l’Europe cherche à construire ses leadership elle doit faire face en même temps aux Etats membres qui recherchent, en son sein et en même temps, à se distinguer afin d’exister en tant que tel aux yeux des citoyens.les questions environnementales de ces derniers jour, et avant Copenhague, en sont autant d’exemples. la position catastrophique du Président de la République tchèque en est un autre symptôme.

il y a beaucoup d’ambigüité. Autant de comportements différenciés et parfois antagonistes revient à faire glisser sous le tapis l’article 1er du manifeste de Robert Schuman qui précisait que « l’Europe doit être maitresse de sa destinée ». Il ajoutait d’ailleurs que si l’Europe se cherche, et c’est toujours d’actualité aujourd’hui, elle a en main son propre avenir. Cet avenir est ce que l’on appelle l’intégration. En en parlant, Schuman disait que c’est une œuvre immense et ardue qui requiert un changement diamétral des relations entre les Etats européens. Ainsi poursuivait-il les décisions à portée internationale ne pourront être prises qu’en commun par les Etats associés.

Après les crises financière, économique, sociale, agricole et alimentaire, avant une autre prévisible de l’Euro, devant l’augmentation des pauvretés dans le monde, la dimension européenne me semble, plus que jamais, pertinente pour intervenir dans le débat et les prises de décision. Avec le traité de Lisbonne, une étape est franchie. Il convient maintenant, afin d’apporter des réponses efficaces, concrètes et urgentes, à réaliser cette ambition d’intégration. il est utile alors de revenir aux fondamentaux, aux préconisations de Schuman car comme le dit l’axiome : « lorsque l’on sait d’où l’on vient, on sait où l’on va ».

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print