Morucci Europe Blog

Ce qui arrive a? Dominique Strauss Kahn nous touche parce qu’il est Franc?ais, directeur du FMI et surtout parce que beaucoup de nos compatriotes et d’Europe?ens avaient place?s quelques espoirs dans cette personne. L’onde de choc est mondiale. Bien su?r, il ne s’agit pas d’occulter le sort subit par une jeune femme. J’ai me?me le sentiment que la pre?sume?e victime est elle aussi sacrifie?e sur l’autel de l’Entertainment au seul profit d’un syste?me, de l’image d’un procureur et d’un chef de la police occupant leurs fonctions
a? la suite d’un processus e?lectoral. On comprend alors ce besoin a? chercher une communication forte et de nature a? marquer les esprits et les carrie?res. Sans doute aurons-nous droit dans les 3 mois qui viennent a? un te?le?film que les chaines du monde entier se disputeront. C’est la culture ame?ricaine, la rupture est importante avec la culture franc?aise et les valeurs europe?ennes.
Au dela? de l’absence d’information et d’image d’une jeune femme de?sormais touche?e a? vie et dont le nom fait le tour de la terre, au dela? des images choquantes d’un DSK menotte? et de?ja? condamne? avant que ne commence son proce?s par une exposition me?diatique irre?versible qui, dans tous les cas de figure qui se pre?senteront, marque la fin d’un homme, l’affaire DSK nous instruit sur les diffe?rences culturelles qui existent entre Etat-Unis d’Ame?rique et Union europe?enne. Il existe bien deux mode?les sociaux de part et d’autre de l’Atlantique.
Du point de vue du sens des valeurs, l’atteinte a? l’inte?grite? d’une personne est sans aucun doute de me?me poids. Mais du point de vue de la justice, on le voit clairement, l’esprit du puritanisme existe de fac?on pre?gnante aux USA. L’ide?e qu’il faut faire payer, par la honte, l’exposition aux injures du peuple, aux me?dias, une faute commise reste un comportement habituel. Pourquoi pas ? Sauf que la pre?somption d’innocence n’est pas, compte tenu de ce qui nous e?te? pre?sente?, respecte?e. Elle n’existerait me?me pas puisque l’effet produit pas l’exposition me?diatique vise a? de?truire de?finitivement une personne avant que l’on sache publiquement si oui ou non elle est coupable. C’est donc bien la police et le procureur qui font le jugement. On peut donc craindre qu’un proce?s aux Etats unis ne vise qu’a? valider une condamnation de?ja? exprime?e. C’est comme dans les se?ries TV sauf que nous sommes pre?cipite?s dans la vraie vie. La question est, qu’adviendra-t-il de DSK s’il s’ave?rait ne pas e?tre coupable ? Sans doute est-il de?finitivement perdu. Tient-on compte seulement de l’e?tat de sante? d’une personne malade ou atteinte psychologiquement ? Que va devenir Ophe?lia ? Le mode?le anglo-saxon d’instruction a? charge, me?me avec preuve du contraire apporte?e, n’est pas de nature a? assurer cette pre?somption d’innocence.
En France, la culture judiciaire est diffe?rente et si la justice suit son cours, la pre?somption d’innocence est une re?gle absolue. La Cours des droits de l’Homme est d’ailleurs, en Europe, l’ultime garantie. Elle sera d’ailleurs toujours le recours final en cas de de?passement des limites acceptables et inscrites dans les traite?s. L’Europe doit d’ailleurs analyser les e?ve?nements judiciaires de New York comme une pratique a? ausculter.
L’Europe se pre?occupe e?galement des victimes de violences. Les syste?mes de justice pe?nale sont souvent axe?s sur les de?linquants, au risque de ne?gliger parfois les victimes. Elle veut imposer des normes minimales. C’est en ce sens que Viviane Reding pre?sente des propositions le?gislatives visant a? assurer, partout dans l’Union, des droits de base aux victimes de vol avec violence, agression, viol, harce?lement, attaque terroriste ou trafic d’e?tres humains. Des victimes qui doivent e?tre traite?es avec respect. Consciente de ce proble?me, l’Union europe?enne a de?cide? de parcourir le chemin de la justice.
Emmanuel Morucci

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print