Le ministre des Affaires étrangères polonais dévoile une vision européenne forte de l’Union.

Posted by Emmanuel Morucci on 04/04/12

Chronique d’Emmanuel Morucci – 28/03/12

page1image1896

Le ministre des Affaires étrangères polonais dévoile une vision européenne forte de l’Union.

Le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski était à Paris le 22 mars où il a précisé la vision européenne de son pays. On constate une évolution assez nette depuis que le pays a assuré la présidence tournante de l’UE et s’est trouvé confronté aux réalités de l’Union et des crises internationales. C’est désormais vers une “Europe puissance» que se tourne la Pologne. Elle rejoint ainsi la France dans sa perspective d’une Europe fédérale mais son projet est assez différent de la position défendue par le président français auprès de ses collègues du Conseil européen.

C’est en effet au niveau de la présidence européenne que les choses divergent. La Pologne voit à la tête de l’Union européenne un seul président bien identifié. Un président-incarnation connu et reconnu à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Union. Là ou existe aujourd’hui un président du Conseil et un président de la Commission. La Pologne propose la fusion des deux présidences. La procédure de désignation resterait ouverte, que ce soit par le Parlement ou directement par le suffrage universel.

La Pologne entend bien compter comme pays important de l’Union. Le ministre des Affaires étrangères s’est déclaré en faveur d’une plus grande intégration européenne. La participation de la Pologne au nouveau traité en est pour lui une preuve irréfutable. Il a plaidé dans le même temps pour une Europe plus démocratique, qui à la fois respecterait les nations et répondrait aux nécessités de notre temps. Alors que dans le débat présidentiel français personne n’aborde la question, le ministre, a insisté sur la nécessité de construire un «pouvoir fédéral», et d’octroyer à l’Union un budget conséquent. Il pense en particulier à la défense, domaine dans lequel il perçoit la France comme un acteur majeur. «La Pologne a fait sienne le concept français d’Europe puissance» dit-il.

Et il va plus loin dans l’expression de la citoyenneté et le transfert de compétences. Il veut éviter tout nouveau rejet de la part des citoyens. Il a préconisé par exemple que certaines compétences, qui participent à la construction identitaire d’un Etat, soient maintenues dans le giron national, comme l’éducation ou les questions sociétales. Ainsi, dans la perspective polonaise, cela renvoie, entre autres, à la quasi interdiction de l’avortement, toujours en place dans le pays.

Reste des points de divergence liés entre autres à la politique énergétique et à l’écologie. L’exploitation des gaz de schistes au nom de son indépendance vis-à- vis du gaz russe en est un exemple. Autre controverse et ces temps de campagne présidentielle en France, la renégociation du traité souhaitée par François Hollande. «La France voudrait-elle être le pays qui rejette un texte européen pour la seconde fois ?» ironise le ministre.

Emmanuel Morucci

 

Leave a Reply »»

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture.
Anti-Spam Image

Morucci Europe Blog rss

Docteur en Sociologie, Emmanuel Morucci est spécialiste de la construction européenne et des organisations. more.



Advertisement