Morucci Europe Blog

DSC_0036

par Emmanuel Morucci

Le Parlement européen va se prononcer lors de sa session du mois d’avril sur une résolution visant à enseigner l’Europe à l’école. C’est plutôt une bonne nouvelle lorsque l’on sait que l’Union traverse une crise de légitimité et qu’elle doit impérativement reconstituer les liens avec les citoyens européens.

Ces derniers affirment d’ailleurs à plus de 44% et selon un sondage Eurobaromètre avoir une connaissance insuffisante de l’Union et une mauvaise compréhension de sa valeur ajoutée concrète. Il en ressort la perception d’un déficit démocratique, et la méconnaissance du fait européen entraîne une propagation de l’euroscepticisme dans les Etats membres. Il faut dire qu’au-delà des grands discours des dirigeants politiques nationaux, peu de moyens dont donnés pour enseigner l’Europe à l’école.

Là-dessus, les Européens sont d’accord. Ils attendent une sensibilisation accrue aux avantages des politiques européennes comme la libre circulation des personnes et des services. Mais plus encore, une grande majorité des Européens estime que les enseignements et le matériel scolaire devraient inclure des informations sur la diversité au niveau de la religion ou des convictions, ou encore de l’origine ethnique.

Chacun aspire à mieux connaître les processus décisionnels de l’Union considérés comme trop complexes. Il convient donc, dès le plus jeune âge, de susciter un plus grand intérêt pour les affaires européennes et ainsi faire naitre un sentiment de compréhension et d’appartenance, tout en contribuant à la lutte contre les inégalités sociales, la ségrégation des cultures et le sentiment d’isolement.

Les députés européens vont devoir se prononcer. Les enseignants comme des organisations à l’image des Maisons de l’Europe, des Centre d’information Europe direct, attendent beaucoup du vote de cette résolution. Il faut en effet aller plus loin que ce qu’offrent à l’échelle européenne, les possibilités accordées actuellement par les programmes de l’Union. Les domaines de l’éducation et de la culture devraient être pleinement mis à profit afin de promouvoir les connaissances linguistiques, la citoyenneté active, la sensibilité culturelle et la compréhension interculturelle.

Mais il n’est pas suffisant de le dire. Il est essentiel d’assurer un soutien financier continu et un accès élargi aux perspectives de mobilité offertes par les programmes européens. Il s’agit en effet, et de manière urgente, de garantir un effet positif sur le sentiment de citoyenneté et la participation civique des Européens.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+1Share on LinkedIn4
Author :
Print

Leave a Reply